Aujourd’hui, petit hors série mais qui selon moi est important à mettre en avant.

Dans cet article je parlerai exclusivement du cuir bovin, utilisé en sellerie, c’est celui qui selon moi est le plus légitime.
Je ne parlerai également que de l’application dans le domaine équestre, ni de mode, ni de prêt-à-porter qui ne répondent pas au mêmes contraintes que notre sport.

Le traditionel cuir

Il est possible que le cuir soit aussi utilisé de nos jours par tradition, tout simplement.

Son toucher et ses propriétés sont inégalées, si bien qu’il est impossible de faire une animation 3D de cuir, le logiciel n’en comprend pas la logique de déformation !

Les propriétés du cuir

Venons en au vif du sujet : pourquoi le cuir ?

Le cuir est un matériaux souple, résistant et imputrescible.

Ces caractéristiques permettent a cette matière de répondre aux besoin des cavaliers et de leur monture : la traction, l’effort, la souplesse mais surtout le point de rupture.


Point de rupture

Si la souplesse offre un confort autant au cavalier qu’au cheval et sa résistance à l’effort et à la traction en font un produit performant, ce qui distingue le cuir de tout ces concurrents issus du textile c’est bien le point de rupture.

Quand un sellier conçois une pièce, il place volontairement des zones de faiblesse.

Cela n’est pas pour réduire la qualité ou faire des économies. C’est au cas ou votre cheval se coince et tire, on préfère que le harnachement se brise plutôt que sa nuque, n’est ce pas ?

Usure

Aussi, en utilisation normale, les matériaux, quels qu’ils soient, s’usent.

Les matériaux synthétiques vont se briser d’un coup, sans crier gare, alors que le cuir va s’user, la rupture va apparaitre mais ne pas lâcher de suite, ce qui nous permet de prendre le temps de changer la pièce, ou une partie du produit.

Car oui, les produits en cuir sont réparables et donc encore plus durables.

Un produit en cuir de qualité et bien entretenu peut tenir des générations entières sans faillir !


Upcycling

Le cuir est une matière noble qui pourtant est issue d’un recyclage !

Et oui, nous ne « produisions » pas du cuir, nous le récupérons dans les abattoirs.
Il s’agit du 5e quartier, celui ne contenant aucune viande et donc aucune valeur marchande pour le boucher.

Un bon cuir provient d’un animal ayant passé une belle vie

Loin des insectes et des violences humaines, ou encore des fils barbelés ou autres barbaries comme la production de masse.

Car sachez que même guérie, la peau, une fois tannée, ressort TOUTES les cicatrices subies au court de sa vie : rides de vieillesse, opération, violences, piqures d’insectes, on peut lire exactement ce qui lui est arrivé, accidents ou maltraitance.

Or une peau pleine de défauts n’est pas travaillable par un sellier : il ne va donc pas l’acheter.


Valorisation des bons traitements

Le tanneur va donc à son tour sélectionner les bons élevages, faire des partenariats avec des producteurs de viande pour une attention portée à la peau des animaux ( comme mettre des fils électriques au lieu des barbelés) en échange d’une plus value de sa marchandise.

Un choix d’industrie

Il ne faut pas se leurrer, l’industrie de la viande ne s’arrêtera pas.

Par contre nous pouvons choisir de consommer de la viande meilleure, pour inciter les industries à valoriser le vécu des animaux et arrêter la production de masse à bas coût qui, en plus de faire vivre un enfer aux animaux, ne laisse que peu de viande de qualité et la peau fini détruite, ne donnant aucune matière première aux selliers ..

Ce pourquoi je suis flexitarienne : je ne me sens pas obligée de manger de la viande à chaque repas, mais si je le fais, j’en choisi une de qualité.

Soyons consommacteurs !!


« Le procédé de tannage est polluant »

Alors : Oui, pour ce qui est du tannage minéral ou chrome, et encore, les procédures vont dans le bon sens et tendent à devenir de plus en plus respectueuses de la nature.

Cependant, veuillez noter que le tannage végétal, ancestral, existe toujours et est lui bien plus naturel, il est aussi plus long et donc plus cher, ce qui explique pourquoi le tannage chrome est souvent privilégié par les fabriquants .. mais pas en sellerie !


Alternatives au cuir

Bien sûr, il existe des alternatives.

Biothane

Le biothane par exemple beaucoup utilisé en endurance, car c’est une discipline qui utilise beaucoup d’eau ce qui abimerai trop le cuir à la longue.
Je n’ai pas connaissance de point de rupture placé sur ce type de produit, et une fois cassé, ils ne sont pas réparables proprement.

Je vous laisse lire l’article de Roadbook Endurance qui parlera bien mieux de ce sujet là !
Crédit photo : Roadbook Endurance

Synthétique

Les selles en synthétiques sont pas mal aussi si nous sommes en bord de mer, toujours pour résister à l’eau.
Cependant, leur usure est souvent bien plus rapide que celles en cuir et il faut donc les changer régulièrement, ce qui n’est pas top niveau zéro déchets x)


Liège

GT concept à lancé sa selle en liège, ce qui semble être une excellente alternative à la selle en cuir.

Cependant, ils n’ont pas fait de filets ou licol en liège car ces pièces portent beaucoup de traction et d’effort et ils n’ont pas encore trouvé le moyen d’y adapter le liège.

Cuir végétaux ?

Les « cuirs » végétaux ( appellation interdite en France !! le cuir est obligatoirement un produit animal et non végétal ) sont d’excellentes alternatives pour de la maroquinerie ou bien le prêt à porter.

En matière d’équitation : c’est non. La haute résistance n’est pas encore au rendez vous !

Peut être en reparlerons nous dans quelques années et cet article sera complètement obsolète ?


Alors que retenir de cet article ?

Le cuir est une matière ayant des propriétés indispensables à la pratique de l’équitation, autant en matière de performance que de sécurité et de confort.

Le cuir est issu de récupération de matière prônant un élevage responsable.

Le cuir est réparable et donc durable

Commentaire(s) “Cuir & Equitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *